Retours sur le Lundi Low Carbon Alimentation Zero Dechet

Lundi Low Carbon Alimentation Zéro Déchet

Ce qu’il faut retenir du premier Lundi Low Carbon en ligne, le 27 avril 2020

Les Lundi Low Carbon l’association Low Carbon France. Anciens “Lundi des Citoyens”, ils visent à ouvrir le débat, sensibiliser et outiller les citoyennes et citoyens en vue d’un passage à l’action pour l’environnement grâce à l’expertise des acteur.rice.s du changement invité.e.s. Un lundi dans le mois, une thématique, quatre ou cinq et le tour est joué ! 

 

En dépit du contexte exceptionnel de confinement qui nous affecte tou.te.s, l’association est restée soucieuse de conserver les liens avec sa communauté. Low Carbon France s’est ainsi tournée vers le numérique, avec son premier événement en ligne ! C’était le lundi 27 Avril 2020 autour de la thématique “Alimentation : mon panier zéro déchet”. Tour à tour, nos 6 intervenant.e.s partenaires se sont relayé.e.s afin de présenter leurs structures respectives et d’expliquer leur rôle et leurs actions dans la lutte pour une alimentation zéro déchet. 

Etaient présent.e.s : Julie de Générations Cobayes, Yvain de Zero Waste Paris, Romain de Expliceat, Shu et Anaïs de Pandobac et Simon de Too Good To go

Retour sur cet événement qui a réuni plus de 55 personnes, en compagnie de l’animatrice de la soirée Julie,  membre de l’écoquipe #LowCarbonFrance qui a su dynamiser et rendre ce moment plus qu’agréable.

JULIE FERIO – MOUVEMENT GÉNÉRATIONS COBAYES

Générations Cobayes s’est donné pour mission de sensibiliser les 15/35 ans sur l’importance du  lien entre santé et environnement et plus particulièrement sur l’impact des perturbateurs endocriniens (de petites substances pas très nettes présentes dans les plastiques et qui perturbent notre système hormonal) sur la santé. Julie nous a expliqué qu’il existe certes des substituts à ces mauvaises matières, mais qu’ils sont souvent tout aussi toxiques !

Elle préconise donc d’utiliser moins de plastiques et de privilégier les sacs en tissu, en carton, en verre ou encore en acier inoxydable.

Elle nous a également donné une petite astuce, afin de mieux distinguer les différents plastiques présents dans notre quotidien. On dit merci Julie !

Le saviez-vous ?

Le numéro présent sur le logo triangulaire des produits indique de quel plastique il s’agit. Ainsi, vous pouvez facilement identifier les mauvais plastiques : 1 PET, 3 PVC, 6 Polystyrène et 7.

Mais pas de panique, tout n’est pas perdu ! Les numéros 2, 4 et 5 sont eux dignes de confiance !

Et pour en savoir plus sur Générations Cobayes ? Faites un tour sur le site de l’association !

YVAIN MOUNEU –  ZERO WASTE PARIS

Zero Waste Paris est l’un des nombreuses antennes locales de l’ONG Zero Waste France, qui défend les démarches zéro déchet et zéro gaspillage. Chez Zero Waste Paris, on sensibilise des acteur.rice.s de Paris et d’Ile-de-France au zéro déchet via plusieurs canaux : la mise en place d’initiatives zéro déchet, des formations grand public  notamment à destination des enfants, mais aussi de la sensibilisation auprès des commerçant.e.s, les « commerçants zéro déchet ». Ces commerçant.e.s ont des petites pastilles reconnaissables et incitent leurs client.e.s à venir avec leurs propres emballages non polluants. Malheureusement, faire de la sensibilisation en cantine scolaire ou en self d’entreprise s’avère être trop complexe pour une équipe de bénévoles : ces missions sortent donc pour le moment du spectre de l’association.

Yvain nous conseille d’agir à notre échelle en sortant du jetable, afin de mieux lutter contre le plastique.

Le saviez-vous ?

1/3 de nos poubelles est constitué de déchets organiques !

Pour en savoir plus sur Zero Waste Paris, on se donne rendez-vous sur le site de l’association !

ROMAIN LIROT – ENTREPRISE  EXPLICEAT

Expliceat est une entreprise basée à Bordeaux qui lutte contre le gaspillage alimentaire en se focalisant sur la revalorisation du pain. Elle est à l’origine du  « Crumbler », une machine qui broie le pain dur de la veille en une “farine de pain” réutilisable. Résultat : des cookies, des brownies, des gâteaux zéro déchet ! C’est pratique, écologique et durable car la  poudre se conserve 3 mois. Cette farine peut être achetée dans les commerces partenaires (entre 1 et 2 euros le sachet d’un kilo). L’initiative concerne en premier lieu les boulangers qui ne jettent plus le fruit de leur travail mais également les grandes surfaces. Le Crumbler ne s’adresse qu’aux entreprises. Pour les particuliers, comme Romain le dit, “L’Huile de coude est votre meilleur ami” mais aussi le rouleau à pâtisserie. Il faut faire attention avec le blender en revanche dont l’utilisation est déconseillée !

Expliceat sensibilise également au travers d’ateliers à destination d’entreprises et d’associations pour apprendre à réutiliser la poudre de pain broyé. Elle fournit ainsi des recettes éco responsables et des idées de substitutions.

Le saviez-vous ?

Le gaspillage alimentaire du pain se fait à raison de 3 à 5 kg par personne par an et 5 kg par jour en moyenne dans les boulangeries.

Plus d’infos sur le Crumbler et les actions d’Expliceat ? Tout est sur le site !

SHU ZHANG ET ANAIS RYTERBAND  – ENTREPRISE PANDOBAC

Shu et Anaïs sont les co fondatrices de l’entreprise Pandobac, qui propose une alternative aux emballages jetables de la restauration. Pandobac se situe entre les grossistes et les restaurateur.rice.s. Leur objectif : l’utilisation de contenants réutilisables (caisses en bois, polystyrène, carton etc).

Un contrat d’abonnement mensuel de location de bacs lie Pandobac à ses grossistes. Cela réduit les déchets pour le restaurant mais garantit également une livraison plus écologique et  moins coûteuse pour les grossistes. Pandobac a ainsi investi dans trois secteurs clé de son activité : la location de bac en  bon plastique (n° 2 ou 4), un centre de lavage et une application de suivi des bacs. Anaïs et Shu souhaitent plus de lois contre le plastique car cela créerait plus d’acteur.rice.s susceptibles de changer, ainsi qu’une incitation fiscale sur les emballages moins polluants. En effet, il n’existe pas de TVA économie circulaire.

Le saviez-vous ?

65% de l’approvisionnement alimentaires des restaurants en Ile de France (IDF)  passent par des grossistes. Pandobac livre  dans environ 300 restaurants en IDF, avec 12 grossistes.

Vous êtes intéressé.e.s par l’initiative Pandobac ?  Toutes les infos sont disponibles sur le site !

 

SIMON FOUCAULT – ENTREPRISE TOO GOOD TO GO

Rares sont ceux et celles qui ignorent encore l’existence de cette application de lutte contre le gaspillage alimentaire. Elle met en relation commerçant.e.s et utilisateur.rice.s, afin que ceux-ci bénéficient de paniers constitués d’invendus du jour à environ ⅓ de leur prix initial. Les utilisateur.rice.s recherchent les paniers disponibles dans leur zone géographique et récupèrent leur panier surprise. Too Good To Go, c’est 6,5 millions d’utilisateur.rice.s en France et plus de 13000 commerçant.e.s partenaires. En parallèle de cette activité, l’entreprise a mis en place trois grands projets :

→ La création d’un groupe facebook « Entraide et conseils pour lutter contre le gaspillage alimentaire » dont le but est de partager des tips et qui comptabilise déjà 6000 utilisateur.rice.s.

→ Une grande sensibilisation sur les dates de péremption des produits alimentaires, souvent mal comprises (DLC et DDM).

→ Le lancement de la charte « La ville anti gaspi » qui a pour objectif d’inclure les mairies dans la lutte contre le gaspillage alimentaire (cantine zéro gaspillage, ateliers de sensibilisation dans les écoles, événements  de sensibilisation tous les ans).

Le saviez-vous ?

⅓ de la production alimentaire mondiale est jetée chaque année ; en France, cela correspond à 10 millions de tonnes par an qui finissent à la poubelle, ce qui représente un coût de 16 milliards d’euros.

Envie d’en savoir plus sur les initiatives et projets de l’entreprise ? Rendez-vous sur leur site web !

LES ÉCO GESTES À RETENIR POUR UNE ALIMENTATION ZÉRO DÉCHET

Anais, de Pandobac

Acheter en vrac et le moins de produits transformés possible.

Julie, de Générations Cobayes

Avoir des sacs en tissu, faire ses repas soi-même et acheter en vrac.

Romain, de Expliceat

Se laver avec du savon solide.

Simon, de Too Good To Go

Jeter le moins possible, rentabiliser ses épluchures, ses restes et donc en mettre le moins possible dans le composteur.

Shu, de Pandobac

Utiliser des sacs en tissu réutilisables.

Yvain, de Zero Waste Paris

Recycler avec un composteur (de quartier, collectif etc).